Les règles d’or de la conduite sous la pluie

Lorsqu’il pleut, il est nécessaire de troquer la nonchalance par la vigilance. La pluie réduit le champ de vision et augmente ainsi les risques d’accident. Pour éviter toute potentielle catastrophe, il y a des gestes à adopter, en voici les fondamentaux.

Conduire doucement et prudemment

Cela paraît logique, mais c’est la règle principale. Quand il pleut, il faut rouler à une vitesse de 50 km/h maximum surtout en cas de forte pluie. De cette façon, les risques de danger comme l’aquaplaning sont nettement réduits. En plus de la vitesse, une bonne distance doit être respectée entre deux voitures. La cadence de la conduite joue beaucoup sur le maintien de cette distance de sécurité. La vitesse réduite et la distance respectée pourront assurer votre sécurité.

Éviter les freinages violents

Les freinages brusques causent la plupart des accidents, lors des jours de pluie. Au lieu d’arrêter la voiture, cela peut vite se transformer en dérapage catastrophique. Ainsi, pour ralentir, mieux vaut troquer le frein avec un doux relâchement de l’accélérateur. Cependant, c’est vrai que l’accélérateur ne remplace pas le frein. Alors, sachez tout simplement l’utiliser à bon escient. En plus de limiter l’utilisation du frein, il ne faut pas oublier de mettre ses feux. Leur utilisation est fortement conseillée même s’il fait jour.

Éviter les éclaboussures

Les piétons seront d’accord, ce n’est absolument pas agréable de se faire éclabousser par les voitures qui passent. Ce ne sont pas uniquement les piétons qui vont souffrir de cette pratique. En effet, encore une fois, les risques d’aquaplaning augmentent, puisqu’on immerge le véhicule dans l’eau. Aussi, cela abîme les pneus et salit la voiture. De plus, la pluie réduit le champ de vision. Ainsi, vous pouvez tomber dans une flaque sans le faire exprès, d’où l’importance de la vitesse modérée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *